Quatre questions à Luc Lamirault

« Une attention particulière en direction des jeunes »

Vous êtes vice-président du Conseil général, en charge des finances, président du CODEL (Comité de développement économique de l’Eure-et-Loir). Que représente pour vous ce mandat de conseiller général ?

Deux choses très importantes. La première, c’est d’être au service des habitants de mon canton, pour aider notamment  les maires dans le cadre de leurs fonctions, mais aussi l’ensemble de la population, faire connaître les spécificités de ce territoire, et le défendre auprès d’instances plus importantes que sont le Département ou la Région. La seconde, c’est de participer à la gestion du Département avec toutes ses compétences, sociales, d’aménagement du territoire. Faire aussi  en sorte que dans les décisions qui sont prises au niveau départemental, les habitants du canton de Thiron-Gardais soient reconnus.

Concrètement depuis que vous êtes élu, que pensez-vous avoir apporté à ce territoire ?

Il y a eu deux réalisations  importantes au niveau équipement. D’abord,  il y a la salle des sports, qui était attendue par la population, depuis bien longtemps, mais qui n’avait pu être construite parce que l’intercommunalité n’avait pas encore pu s’installer sur le territoire. Cette salle des sports permet aujourd’hui à beaucoup d’associations, et donc de sportifs, de pratiquer leur activité préférée. La deuxième réalisation, c’est un centre touristique  mais aussi administratif, la grange aux dimes restaurée en 2006 pour être l’entrée des jardins de l’église abbatiale, et de l’ancienne abbaye de Thiron-Gardais.

Dans quels secteurs et dans quels domaines aimeriez-vous davantage peser à l’avenir ?

Beaucoup de choses ont été faites dans  l’organisation de la vie quotidienne, avec  l’union des associations, le syndicat d’initiative, les services qui sont proposés à la Grange aux dîmes, sans oublier le sport. A l’avenir, il faudrait que nous ayons une attention particulière en direction  des jeunes,  pour leur apporter davantage d’activités. Un centre de loisirs existe déjà sur le mois de juillet, proposé aussi pour les ados. C’est dans ce sens qu’il faudrait développer d’autres choses.

Au niveau départemental, quels sont vos domaines de compétence, et vos fiertés, les dossiers qui vous mobilisent ?

Au sein du Conseil général,  fort de ses 2 000 agents, mon souci c’est que  les procédures fonctionnent, que le service à la population soit le plus précis possible, que les routes soient entretenues, que les personnes qui ont le malheur d’avoir une période de difficulté dans leur vie puissent être aidées par les assistantes sociales, que les personnes âgées puissent être accompagnées par l’aide personnalisée à l’autonomie,  même chose pour les handicapés. Je pourrais aussi parler des collèges  qui doivent être en bon état de fonctionnement, et  accueillir  dignement nos enfants, et avec les dernières  évolutions technologiques. Il y a enfin le travail sur l’emploi que réalise la 2ème commission. C’est important de soutenir les chambres consulaires, le CODEL, afin d’aménager le territoire et qu’il soit susceptible d’accueillir des entreprises, et de faire du lien à travers la culture et le sport pour tous.

Coup de cœur pour ce texte  » Les Trois tamis  » attribué à Socrate, et empreint de sagesse

Les trois tamis (attribué à Socrate).

Un jour quelqu’un vient voir Socrate et lui dit :

Écoute Socrate, il faut que je te raconte comment ton ami s’est conduit.

Arrête ! interrompit le sage homme. As-tu passé ce que tu as à me dire à travers les trois tamis ?

Trois tamis ? dit l’autre, rempli d’étonnement.

Oui mon bon ami : trois tamis. Examinons si ce que tu as à me dire peut passer par les trois tamis. Le premier est celui de la vérité. As-tu contrôlé si tout ce que tu veux me raconter est vrai ?

Non, je l’ai entendu raconter et…

Bien bien. Mais assurément, tu l’as fait passer à travers le deuxième tamis. C’est celui de la bonté. Est-ce que ce que tu veux me raconter, si ce n’est pas tout à fait vrai, est au moins quelque chose de bon ?

Hésitant, l’autre répondit :

Non, ce n’est pas quelque chose de bon, au contraire…

Hum, dit le philosophe, essayons de nous servir du troisième tamis, et voyons s’il est utile de me raconter ce que tu as envie de me dire…

Utile ? Pas précisément…

Eh bien ! dit Socrate en souriant, si ce que tu as à me dire n’est ni vrai, ni bon, ni utile, je préfère ne pas le savoir, et quant à toi, je te conseille de l’oublier…

Mon bilan en quatre points forts

1- Participer à la mise en place d’un modèle eurélien :

« Dans la mise en place de filières de développement économique, nous avons créé des pôles de compétitivité tels que la Cosmetic Valley, Polepharma, Agrodynamic ou Perche-Bois. Le CODEL que je préside s’est beaucoup investi pour donner une identité au département. Une image parfois de luxe avec la Cosmetic Valley, mais surtout de fabrications de qualité. C’est un des arguments souvent utilisés pour convaincre les chefs d’entreprises de s’installer chez nous, même s’ils n’appartiennent pas à ces filières. »

2- La salle des sports et la Grange aux dîmes :

« Cette salle était un équipement très attendu par tous les sportifs et qui permet d’occuper sainement les enfants. C’est un lieu adapté à la pratique de différents sports. Quant à la Grange aux dîmes, elle permet d’allier service à la population, grâce notamment à la mise en place de permanences, et rayonnement touristique ».

3- L’investissement dans les communes du canton :

« J’ai la chance d’avoir douze communes dynamiques et je suis fier de les aider dans le financement de leurs projets, comme récemment la réouverture de l’épicerie-gîte-restaurant de Frazé ou la salle des fêtes de Combres. »

4- La résorption des points noirs d’internet :

« Grâce à l’installation de NRA (Nœud de répartition analogique) sur Combres, Happonvilliers et Nonvilliers-Grand’Houx, 99% du canton est aujourd’hui couvert par l’internet haut débit. Pour le 1% restant, nous avons pu proposer des solutions satellitaires co-financées par le Conseil général et la communauté de communes. La faible densité en population de notre territoire  explique que les opérateurs aient refusé d’investir dans ces équipements. »

Mes quatre priorités

Projet de maison médicale ( ancienne gendarmerie )

Projet de maison médicale ( ancienne gendarmerie )

1- La maison médicale :

« L’objectif de la maison médicale est de permettre d’avoir un cabinet aux normes, plus accessible, de manière à faciliter l’accueil des patients. Il s’agit de favoriser le maintien sur  Thiron-Gardais d’une offre médicale de qualité. Un kiné est d’ores et déjà partant pour rejoindre cette maison médicale qui prendrait corps dans l’ancienne gendarmerie. Même chose pour les infirmières de la commune. On travaille sur ce dossier, en lien avec les médecins locaux, avec l’aide technique de la MSA. »

2- L’extension de la zone d’activités :

« Nous travaillons sur l’extension et la requalification de cette zone. Mais il nous faut d’abord retrouver une activité et un locataire dans les locaux de Marie-Laure PLV qui, grâce à son arrivée à Nogent-le-Rotrou, a conforté son implantation dans le Perche, en laissant malheureusement vides ses locaux de Thiron-Gardais. Nous avons heureusement accueilli la SETIB, électricien-chauffagiste qui a transféré sur cette zone son activité qui  avait prospéré jusque là au cœur de la commune. »

3- Une résidence de tourisme :

« Développer une activité de pêche de loisirs, à Thiron-Gardais, ne peut se réaliser que si un investisseur immobilier construit une résidence de tourisme. La nouvelle traque aux niches fiscales rend plus difficile le projet. Reste que cette nouvelle activité permettrait de créer 25 à 30 emplois suivant la période de l’année, et pourrait favoriser le développement des différents commerces de Thiron-Gardais. »

4- Un conseil général au service de tous les Euréliens :

« Le Conseil général, c’est 2000 collaborateurs, qui doivent être écoutés dans la vie professionnelle et accompagnés afin que  » l’entreprise Eure-et-Loir  » assume ses compétences au service de tous, et dans la meilleure ambiance. »

Mon premier coup de gueule est un coup de griffe en direction de l’administration, à travers cette Arche de Noë, version XXIeme siècle…

L’arche de Noë version 21ème siècle ! Très rafraîchissant à lire…

Une version actualisée d’un passage de l’Ancien Testament à ne pas manquer, c’est « Divin » ….

En 2010 après Jésus-Christ, Dieu visite Noë et lui dit :

–          Une fois encore, la terre est devenue invivable et surpeuplée. Construis une arche et rassemble un couple de chaque être vivant ainsi que quelques bons humains. Dans six mois, j’envoie la pluie durant quarante jours et quarante nuits, et je détruis tout !!!

Six mois plus tard, Dieu retourne visiter Noë et ne voit qu’une ébauche de construction navale.

–          Mais, Noë, tu n’as pratiquement rien fait ! Demain il commence à pleuvoir !

–          Pardonne-moi, Tout Puissant, j’ai fait tout mon possible mais les temps ont changé :

o   J’ai essayé de bâtir l’arche mais il faut un permis de construire et l’inspecteur me fait des ennuis au sujet du système d’alarme anti-incendie.

o   Mes voisins ont créé une association parce que la construction de l’échafaudage dans ma cour viole le règlement de copropriété et obstrue leur vue. J’ai dû recourir à un conciliateur pour arriver à un accord.

o   L’Urbanisme m’a obligé à réaliser une étude de faisabilité et à déposer un mémoire sur les coûts des travaux nécessaires pour transporter l’arche jusqu’à la mer. Pas moyen de leur faire comprendre que la mer allait venir jusqu’à nous. Ils ont refusé de me croire.

o   La coupe du bois de construction navale s’est heurtée aux multiples Associations pour La Protection de l’Environnement sous le triple motif que je contribuais à la déforestation, que mon autorisation donnée par les Eaux et Forêts n’avait pas de valeur  aux yeux du Ministère de l’environnement, et que cela détruisait l’habitat de plusieurs espèces animales. J’ai pourtant expliqué qu’il s’agissait, au contraire de préserver ces espèces, rien n’y a fait.

o   J’avais à peine commencé à rassembler les couples d’animaux que la SPA et WWF me sont tombés sur le dos pour acte de cruauté envers les animaux parce que je les soustrayais contre leur gré à leur milieu naturel et que je les enfermais dans des pièces trop exiguës.

o   Ensuite, l’agence gouvernementale pour le Développement Durable a exigé une étude de l’impact sur l’environnement de ce fameux déluge.

o   Dans le même temps, je me débattais avec le Ministère du Travail qui me reprochait de violer la législation en utilisant des travailleurs bénévoles. Je les avais embauchés car les Syndicats m’avaient interdit d’employer mes propres fils, disant que je ne devais employer que des travailleurs hautement qualifiés et, dans tous les cas, syndiqués.

 o   Enfin le Fisc a saisi tous mes avoirs, prétextant que je me préparais à fuir illégalement le pays.

o   Tandis que les Douanes menaçaient de m’assigner devant les tribunaux pour « tentative de franchissement de frontière en possession d’espèces protégées ou reconnues comme dangereuses ».

Aussi, pardonne-moi, Tout Puissant, mais j’ai manqué de persévérance et j’ai abandonné ce projet.

Aussitôt les nuages se sont dissipés, un arc-en-ciel est apparu et le Soleil a lui.

–          Mais tu renonces à détruire le monde ? demanda Noë.

–          Inutile, répondit Dieu, l’administration s’en charge !