Week-end culturel sur le canton

Mobilisé pour soutenir les actions culturelles du canton, mon week-end était chargé, les 13 et 14 octobre avec, au programme, musique et arts plastiques. A commencer par le salon de la peinture et des arts plastiques organisé par l’Association Fêtes et Loisirs à Coudreceau (AFLAC). Pour cette troisième édition, les toiles, aquarelles et dessins de peintres professionnels et amateurs ainsi que les œuvres du sculpteur Ibah ont attiré un public nombreux dès le vernissage, fixé au samedi midi. Volonté de Gilles Brunot, président de l’association, les œuvres, en nombre moindre, gagnent en qualité d’année en année. Visible de nouveau ce week-end, la manifestation était suivie, en milieu d’après-midi, par les portes ouvertes de la bibliothèque municipale de Saint-Denis-d’Authou. Constatant une baisse généralisée des abonnés dans les bibliothèques, Fanny Pouteau, sa responsable, a mis en avant tous les services apportés, en parallèle d’expositions de collections anciennes.
La bibliothèque étant depuis peu en réseau, comme 80% de celles qui sont intégrées à la bibliothèque départementale, j’ai effectué la démonstration de la réservation en ligne à l’attention des nombreux visiteurs intéressés, avant d’assister à l’une des Scènes euréliennes organisée à la salle des Tilleuls. Devant une quinzaine d’enfants et autant de parents, Jean-Jacques Sylvestre, de la compagnie Estoires, a entraîné son public au fil des « Petites histoires pour les petites oreilles ». Le lendemain, en milieu d’après-midi, c’est une nouvelle Scène eurélienne, mais cette fois du domaine de la musique qui avait lieu en l’église Saint-Anastase de Nonvilliers-Grand’houx. Un concert de haut niveau, donné par la l’Académie de la Chapelle-Royale de Dreux. L’orchestre à cordes, composé de 12 musiciens, tous solistes de l’orchestre philarmonique de Radio-France, ont interprété, sous la direction d’Henri Wojtkowiak, des œuvres issues d’un répertoire allant du 17e au 20e siècle, devant un auditoire conscient de la qualité de la prestation. Un week-end dédié à l’art, sous ses différentes formes, auquel le public du Perche Thironnais a tenu à faire honneur.

Dixième anniversaire du complexe sportif

« Pour fêter les 10 ans d’existence du complexe sportif de Thiron-Gardais, un forum des associations qui l’occupent quotidiennement était organisé dimanche 30 septembre par l’Union des associations du Perche Thironnais. A cette occasion, la salle des sports a reçu un nom de baptême dévoilé lors d’une petite cérémonie. « Complexe sportif du Perche Thironnais », un intitulé qui traduit son utilisation par les associations du canton et, plus largement, par des communes rattachées à la communauté de communes du Perche Thironnais. Au cours de mon discours, en compagnie des maires et de M. Goudchaux, l’architecte qui l’avait conçu, j’ai souligné l’utilisation respectueuse des installations, qui a permis au bâtiment de bien vieillir. Son taux d’occupation, actuellement à 80% nécessite une gestion très stricte des plages horaires. Un nouveau système de badge va permettre aux utilisateurs de retrouver sur Internet, les horaires de chacune des activités et les dates des manifestions qui y sont organisées. De plus, l’installation de la wifi vient d’être effectuée à l’attention des détenteurs de smartphones. Réalisé en 2002, sous la direction de Lionel Bellina, maire de l’époque, en partenariat avec le SIVOM, pour un coût global de 1,5 millions d’euros, le chantier avait été subventionné à 40% par le Conseil général, à 20 % par le Conseil régional, tandis que l’Etat et l’Europe le soutenaient à la hauteur de 20%. Un montant de 300 000 € avait fait l’objet d’un emprunt sur 15 ans. Intégré depuis dans la communauté de communes, 10 communes participent à présent à son financement, ainsi qu’à ses frais de fonctionnement et d’aménagement. »

Frétigny retrouve un commerce de centre bourg dynamique

« Fermé depuis juin, suite au départ en retraite de sa gérante, Paulette Lopez, le bar-restaurant le Saint-Michel vient de reprendre vie sous l’intitulé « La bonne humeur », avec l’arrivée d’Isabelle Coutey, une professionnelle du commerce. Convié, samedi 29 septembre, à son inauguration, en compagnie de la population, j’ai découvert un endroit accueillant, entièrement restauré, et à présent doté d’une épicerie. Chaleureusement reçus, nous avons écouté le petit historique dressé par Daniel Tuffier le maire. « Ce bar est toute ma jeunesse, il a été créé au début du siècle dernier par la famille Jumeau, qui l’a conservé durant trois générations. », expliquait-il en présence de Christelle Jumeau, arrière-petite fille de la créatrice. C’est donc un lieu chargé de mémoire qui renaît sous la forme d’un commerce multi-services, avec dépôt de gaz, de pain, fléchettes et dans les mois à venir, d’autres services tels que la restauration. Acquis par la commune pour un montant de 90 000 €, le local a fait l’objet de travaux de remise aux normes et de réfection, aidés par 20 000 € en provenance du Conseil général, et par l’Etat à la hauteur de 30% de la dépense globale. Un vrai défi pour les repreneurs comme pour la commune et le Conseil général qui oeuvrent pour le maintien du commerce de proximité, un lieu de socialisation en milieu rural dont la suite de l’histoire reste a écrire par les habitants. »

Fonds de dotation du « Patrimoine d’Eure-et-Loir » : c’est parti

« En tant que président du CODEL (Comité de Développement Economique d’Eure-et-Loir), j’ai animé ce 1er octobre à Chartres une nouvelle édition du Business Contact. C’est un moment important pour moi, tant j’aime cette rencontre entre les représentants du monde économique, et les chefs d’entreprises qui ont choisi d’investir, de se développer en Eure-et-Loir, et le font savoir en public. J’y vois la vitalité de notre territoire, et la soif de se battre en ces temps incertains. Lundi, trois entreprises étaient à l’honneur : SYSTECH (47 salariés) installée à Gallardon, qui conçoit et réalise des cartes électroniques en prototype et en petites séries ; MARIE-LAURE PLV (180 personnes) basée à Nogent-le-Rotrou, qui fabrique des PLV (Publicité sur lieu de vente) ; et VP AGENCEMENT (6 salariés) de Mainvilliers, spécialisée dans l’ébénisterie et l’agencement.
J’ai par ailleurs eu la chance de recevoir Albéric de Montgolfier, notre président du Conseil général. Face aux décideurs économiques, il a d’abord vanté les mérites de deux dispositifs proposés par le département. D’abord les cyber-emplois (le 20eme de ces cybers venait d’être inauguré à Nogent-le-Roi), un service de proximité au service des demandeurs d’emploi, et ensuite, les Boostemplois. Il s’agit de rencontres d’un jour, « des opérations coups de poing » qui permettent de mettre en relation chefs d’entreprises et ceux qui cherchent un job. Depuis le début de l’année, 300 postes ont ainsi été pourvus par ce biais.
Albéric de Montgolfier a profité de cette soirée, pour présenter une grande nouveauté : le fonds de dotation du « Patrimoine d’Eure-et-Loir ». Il est parti du constat que l’Eure-et-Loir dispose d’un patrimoine riche et diversifié, associé à de grands noms tels que Fulbert de Chartres, Louis XIV, Proust, Péguy, etc. A côté de la cathédrale de Chartres, plus de 300 monuments sont classés ou inscrits à l’inventaire des monuments historiques.
Le fonds de dotation devrait permettre d’accompagner des projets liés à la restauration ou à la mise en valeur de ces sites. Albéric de Montgolfier a insisté sur les avantages fiscaux du dispositif pour les particuliers et les entreprises. Un choix qui peut permettre en outre à ces sociétés de valoriser leur image auprès du public ou de leurs partenaires. Olivier Lamirault, le concessionnaire bien connu, est le président de ce fonds de dotation
Une première action concrète pourrait être la participation aux animations proposées dans le cadre de la commémoration du 330eme anniversaire du mariage de Louis XIV et de Mme de Maintenon, ou à la signalétique du château de Maintenon ».

Renseignements au 02.37.20.10.10/ fdpel@yahoo.fr

-« J’ai animé cette nouvelle édition du Business-Contact, ici entre Albéric de Montgolfier, le président du Conseil général, et Olivier Lamirault ».

-De nombreux décideurs euréliens réunis aux Enfants du Paradis.