Si le Conseil général m’était conté

Ce samedi 16 février, la salle des fêtes de Saint Denis d’Authou a été le cadre d’une première. PowerPoint à l’appui (Accéder au document), en tant que Vice-président GAEL du Conseil général, j’ai présenté l’action et le fonctionnement du Conseil général d’Eure-et-Loir. Une initiative qui devrait faire tache d’huile dans les autres cantons détenus par notre majorité GAEL.
Devant près de 80 personnes, et durant deux heures, avec ma suppléante Brigitte Piste, nous avons décortiqué la vie du Conseil général. Tout y est passé : de la composition du groupe de la majorité (avec les compétences de chacun) à l’organisation de la collectivité, en passant par les commissions, les séances publiques, le budget et bien entendu les compétences. Nous avons essayé d’être clairs et directs pour capter l’attention de la salle.
Au delà des subtilités des dépenses de fonctionnement et d’investissement, il m’a semblé que les uns et les autres ont pris conscience de l’importance de l’action du Conseil général dans la vie quotidienne des Euréliens. Le poids respectif du social, des collèges, des transports scolaires ou des routes a été passé en revue. Certains ont découvert que le Conseil général gérait une enveloppe d’un demi-milliard d’euros et que la collectivité employait 2 000 agents.

« Faire mieux avec moins de moyens »

J’ai cité quelques points de notre action en 2012 : le parc photovoltaïque de Crucey, la déviation d’Auneau, diverses implantations industrielles. J’ai embrayé sur quelques priorités 2013 comme les déviations de Gas et de Nogent-le-Roi, la rénovation des collèges de Brou ou d’Anet, ou encore le début du chantier de la future caserne départementale des pompiers à Chartres-Champhol. Je n’ai pas caché les difficultés que faisaient peser des compensations toujours plus faibles de l’Etat ou de nouvelles charges comme la modification des rythmes scolaires (plus d’un million d’euros) et l’accueil des mineurs isolés venant d’autres départements.
Au moment des questions, ce sont justement sur les contraintes budgétaires qu’ont porté les questions. A cet effet, j’ai insisté sur la nécessité de « faire mieux avec moins de moyens », ce qui sous-entend la mutualisation des services, des postes en moins et une rationalisation des bâtiments, notamment à Chartres. Je suis heureux que cette soirée ait suscité de l’intérêt et j’espère qu’elle aura des prolongements.


Avec ma suppléante au Conseil général, Brigitte Pistre, nous avons expliqué le fonctionnement du Conseil général.

Notre réunion a attiré près de 80 personnes à la salle des fêtes de Saint Denis d’Authou.

Le Millefeuille administratif expliqué aux Frazéens

Consciente de la complexité de l’administration qui encadre une commune, Brigitte Pistre, maire de Frazé souhaitait apporter à ses administrés des éclaircissements à ce propos. C’est samedi 2 février, sous la forme d’une conférence organisée à la salle des fêtes de sa commune qu’elle en détaillait le fonctionnement. Prenant pour exemple la commune de Frazé, elle débutait par le mode de fonctionnement du conseil municipal avant d’aborder les syndicats auxquels diverses compétences ont été confiées. Frazé appartenant à la communauté de communes du Perche Gouet, c’est sur les domaines d’actions de cette dernière que l’élue a discouru avant d’aborder ceux du Conseil général. Invité à me joindre à elle, j’ai pour ma part résumé, diaporama à l’appui, la composition de l’entité, son fonctionnement, sa source de financement, la gestion de ses budgets, en détaillant ensuite ses domaines de compétence comme l’entretien des routes, le scolaire, ou encore les solidarités, les collèges et le sport. J’ai énoncé ensuite ses grandes réalisations de 2012, comme le parc photovoltaïque de Crucey, les implantations d’entreprises comme Marie-Laure PLV à Nogent-le-Rotrou, ou encore Damman Frères à Dreux « En tant que vice-président aux finances, ma gestion amène à une baisse régulière de l’emprunt par habitant. 2013 sera de nouveau une année d’investissement avec le soutien à différentes initiatives d’entreprises, de commerce et d’artisanat, avec le Contrat départemental de développement intercommunal, auxquels viennent s’ajouter 8 millions d’euros distribués aux communes dans le cadre du Fdaic. », ai-je souligné.
L’occasion  pour moi d’annoncer la réunion publique de présentation que j’animerai le samedi 16 février à 18 heures à la salle des fêtes de Saint-Denis-d’Authou. Au cours de celle-ci, je présenterai le Conseil général, son budget, les réalisations 2012 et les actions pour 2013.

Cérémonie des vœux à Combres

La salle des fêtes de Combres était comble, dimanche 27 janvier. Pas moins de 150 administrés et élus locaux avaient en effet accepté l’invitation lancée par René Rousselle, le maire, à l’occasion de sa cérémonie des vœux. Entouré des membres de son conseil, il entamait son discours par l’accueil des 12 nouvelles familles arrivantes et des 9 nouveau-nés, « ce qui confirme le rajeunissement de notre population et son augmentation : 521 habitants en résidence principale et plus de 30% de résidences secondaires. », déclarait-il. Présentant ses vœux à tous, il poursuivait : « Pour Combres l’année 2012 est l’année de l’accessibilité et l’aboutissement d’un projet qui commence en 2007. Fin des travaux de la salle polyvalente et du restaurant scolaire, avec, pour la cuisine de ce dernier, une aide de 30% de l’Etat et de 30% du Conseil général dans le cadre du Fdaic. Rénovation de l’Agence postale avec une aide de 50% sur 12 000 €. L’accessibilité au groupe scolaire et à la mairie ont également été réalisés. En parallèle, les habituels travaux de voirie ont été effectués pour un montant de 19 980 € ht, aidé à la hauteur  de 25% par le Conseil général. Pour 2013, les travaux sur les réseaux d’eau se poursuivent et l’assainissement collectif, initié en 2007, va se concrétiser. La première tranche du bourg sera terminée à la fin du premier semestre 2013. Ce chantier, d’un montant global de 530 163 € ht sera financé par une subvention de l’Etat de 90 000 € et de l’Agence Loire-Bretagne de 90 000 €, la différence devant âtre financée par un emprunt. ». Après avoir cité différents chantiers de moindre envergure, il félicitait, pour terminer, les forces vives de la commune.
Invité à prendre la parole, je soulignais le nombre impressionnant de projets menés à bien, tout comme la vitalité des parents combrésiens. « Combres conserve son esprit pionnier. Dans le domaine de l’eau, elle est l’une des premières communes à avoir informatisé son réseau et lancé l’interconnexion. Pionnière également dans le domaine de l’accessibilité, puisqu’elle s’avère la première à avoir mis la totalité de ses bâtiments communaux en conformité. Et pionnière, enfin, pour la sécurisation de son bourg. La présence de nombreux enfants justifie totalement la nécessité d’observer la vitesse de 30 km/h dans le bourg. » J’évoquai ensuite le temps public, différent de celui du temps des besoins. « Les élus travaillent sur un budget qu’ils gèrent en bons pères de famille. La réalisation des projets prend souvent plus de temps que prévu car la recherche de subventions est un sport difficile. »

L’Eure-et-Loir dans « Le Courrier du Parlement »

Je souhaite vous faire partager l’intérêt que j’ai porté à la lecture d’une interview du président du Conseil général, Albéric de Montgolfier, parue dans le dernier numéro du magazine « Le Courrier du Parlement ». Elle résume parfaitement l’ambition de la majorité du Conseil général d’Eure-et-Loir, la majorité GAEL à laquelle j’appartiens, en direction des territoires ruraux comme le nôtre, pour soutenir notre tissu économique. La majorité GAEL a en effet choisi, à travers le budget 2013, de renforcer le soutien aux investissements intercommunaux. Je vous rappelle que la nouvelle génération des CDDI (Contrats départementaux de développement intercommunal) représente une enveloppe de 18 euros par habitant, et non plus de 15. Parallèlement, le FDAIC (l’aide aux communes) atteindra les 9 millions d’euros, et permettra d’accompagner entre 800 et 900 projets portés par les communes. En ces temps, où l’Etat fait peser de nouvelles contraintes sur les Départements, nous avons fait le choix du volontarisme. Cette interview en témoigne.

Courrier Parlement – Focus sur l’E&L – 01-2013

Cérémonie des vœux à la Croix-du-Perche

Les habitants de La Croix-du-Perche étaient nombreux, samedi 26 janvier, à assister à la cérémonie des vœux d’Yves Guérin, leur maire. Présidents d’associations, maires des communes voisines et moi-même avons écouté avec attention un discours qui débutait par des remerciements aux forces vives de la commune et également  aux ensembles dont elle fait collectivement partie « à toutes les personnes qui assument la communauté de communes du Perche Thironnais et toutes ses communes, le canton, le PNRP, Pays Perche, le Département et même la Région qui nous paraît bien lointaine. Autant d’entités dont nous allons voir, pour certaines, les périmètres  et les fonctions modifiées, avec les adaptations que cela va entraîner pour nous. » Citant ensuite deux Croisiens, Monique Tuffier, présidente de la Clique et des Amis de l’Ecole, ainsi que Michel Détail, simple administré qui, dans l’ombre, fait beaucoup pour la commune, il a ensuite résumé  les actions entreprises en 2012. « Après 2 ans et demi de travail, la carte communale a fait l’objet d’un arrêté préfectoral en juillet dernier. Les bancs clos du fond de l’église ont été restaurés. Une nouvelle tranche du mur intérieur ouest du cimetière a été restaurée par les équipes du CBE. Sur le plan de la voirie, l’état de nos routes est globalement satisfaisant grâce à l’appui de l’Atesat sur lequel nous pourrons encore compter en 2013. «  Se tournant ensuite vers 2013, il a fait la liste des projets compatibles avec le maintien des taux de la fiscalité, et d’ores et déjà approuvés par le conseil municipal : « Les travaux de restauration intérieure de l’église, l’optimisation énergétique de nos bâtiments communaux ont été validés, tout comme l’amélioration de l’éclairage public et la poursuite de travaux de voirie, estimés à 24 000 € avant subvention. Dans les tiroirs depuis 2009, un dossier sera lancé à propos de la rénovation et de la mise aux normes de la salle des fêtes et de ses annexes, du ravalement de ses façades et de celles de la mairie, ainsi que de l’aménagement de la cour de l’école et du bâtiment communal devenu vétuste. La construction de logements par un lotisseur est également envisagée sur le terrain communal. Des investissements de l’ordre de 15 000 € devraient avoir lieu dans le domaine de l’éclairage public. Des compétences qu’une petite commune comme la nôtre ne pourra trouver que dans l’intercommunalité. » Puis, faisant allusion aux regroupements de communautés de communes : « Un vieux principe physiologique dit que la fonction crée l’organe. Il faudrait commencer par identifier clairement les besoins de la population plutôt que ceux des collectivités. Ce qui entrainerait sans doute une remise en question prioritaire de tous les organes existants (…). Le faire serait une révolution. Quoiqu’il en soit, le principe de réalité qui présidera à ces changements sera gouverné par la finance et les solutions faciles d’hier, consistant à lever toujours plus d’impôts et à hypothéquer confortablement l’avenir ne seront plus de mise », déclarait-il.
C’est sur l’intercommunalité en question que je m’exprimai alors. « Quels sont les besoins de la population, et comment y répondre, une seule voie, la proximité. Je ne suis pas persuadé que des économies d’échelle puissent être réalisées par la création de ces regroupements de communauté de communes. En revanche, il faut que nous soyons prêts à des études, pas trop chères, et surtout à des réflexions entre nous. », ai-je répondu. Abordant ensuite le Fonds d’Aide aux Communes : « Huit millions d’euros sont versés chaque année aux communes. En Eure-et-Loir, nous avons souhaité faire des économies sur le fonctionnement pour privilégier l’investissement, car au travers de celui-ci, nous aidons les artisans. » Puis à propos de la maison médicale, j’annonçais le départ du Docteur Randriamaroson, prévu pour juillet. « La communauté de commune a tenté en vain de convaincre les médecins de se rassembler dans des cabinets dignes de ce nom. « La médecine ne se gère pas par les élus. » nous a-t-on répondu. Pour trouver une solution, la communauté de communes a décidé, le 14 janvier, de travailler avec Habitat Eurélien pour créer des cabinets conformes aux attentes de la population. »

Cérémonie des vœux du maire et inauguration de travaux à Coudreceau

« Belle journée, samedi 26 janvier, pour Francis Vaudron, maire de Coudreceau. Profitant de la présence de ses administrés, conviés à sa cérémonie des vœux, il avait choisi d’inaugurer les travaux réalisés dans le bâtiment de la mairie durant l’année 2012. Partenaires de l’opération, Laure de la Raudière, Albéric de Montgolfier, mon président et moi-même, partenaires de l’opération, étions présents pour constater le résultat d’un chantier de réhabilitation de grande envergure. Après avoir coupé et distribué le ruban placé à l’entrée du bâtiment, le maire nous a guidés de pièces en pièces, agrandies, et réaménagées pour la partie administrative située au rez-de chaussée. Nous découvrions ensuite les deux logements locatifs, réalisés dans les combles, avec charpente apparente et vue imprenable sur les collines.

Des vœux formulés dans la nouvelle bibliothèque
Nous réunissant ensuite dans le local de la nouvelle bibliothèque  pour sa cérémonie des vœux, Francis Vaudron expliquait : « C’est dans ce bâtiment acquis par la commune en 1838 qu’il fut décidé à l’époque d’y installer la Maison commune, l’école des garçons et le logement de l’instituteur. Au fil du temps, la mairie s’avéra trop petite et subit un premier agrandissement en 1991. La volonté du conseil municipal et de moi-même étant d’entretenir le patrimoine et de l’exploiter au mieux, nous avons décidé en 2012 d’utiliser la surface inexploitée du grenier pour crée un logement de type T3 et de transformer celui de l’ancien instituteur en T3 également. Nous espérons ainsi répondre au manque de logements locatifs, tout en accueillant de nouvelles familles qui contribueront à l’augmentation de notre population. Profitant de cette restructuration, nous avons décidé d’agrandir la salle du conseil, avérée trop étroite lors des cérémonies. Nous en avons profité pour créer un hall d’accueil accordant plus de confidentialité. Par ailleurs, une salle d’archives a été aménagée, rendant le tout plus fonctionnel. Demeurait, dans ce bâtiment,  une pièce inachevée et peu fonctionnelle, utilisée pour la bibliothèque. Profitant d’une proposition d’informatisation en collaboration avec la BDEL, nous avons réaménagé les lieux et commandé du mobilier, décidant d’ouvrir ce service à nos voisins Marollais. (…) Dès la rentrée de septembre 2013, de nouveaux horaires seront mis en place avec un système de réservation par Internet.
D’un montant de 281 000 € TTC, ces travaux sont financés à la fois en fonds propres et avec l’aide d’une enveloppe sénatoriale de 5 000 €, d’une enveloppe parlementaire de notre député de 10 000 € et d’un financement de 28 450 € du Conseil général. »
Se tournant ensuite vers les actions à mener en 2013, il citait la dénomination et la numérotation des rues de La Poterie, la réalisation d’un jardin du souvenir au cimetière, la poursuite de l’entretien des chemins communaux et enfin l’aménagement des rythmes scolaires.
Prenant la parole à mon tour, je suis revenu sur le thème de la lecture publique. Je rappelai ce grand chantier du Conseil général qui comprend la mise en réseau des 300 000 livres mis à la disposition du public du département. Puis, soutenant l’exemplarité des grands travaux réalisés dans la mairie, je rappelai le dit-on Aide-toi, le ciel t’aidera. La municipalité de Coudreceau s’est prise en main et les autres l’ont entendue, car tout le monde est là quand les projets sont bien pensés. Le Conseil général dispense chaque année 8 millions d’euros aux communes. Sur les 4 prochaines années, ce sont 30 millions d’euros qui participeront à la modernisation des communes rurales, créant ainsi de l’emploi. »