Stéphane Bern acquiert le collège militaire de Thiron-Gardais

Sur mon invitation, de nombreux habitants du canton ont assisté, dimanche, à la Grange aux Dîmes, à la signature par Stéphane Bern de l’acte de cession du collège militaire. Construit à la fin du XVIIe siècle auprès de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Thiron, ce collège religieux, un des dix existant en France au XVIIIe siècle, fut ensuite transformé en collège militaire en 1776 par Louis XVI. Napoléon Bonaparte avait d’ailleurs obtenu en 1778, une bourse pour venir y préparer l’École Militaire de Paris. « Les Thironnais racontent que s’il n’avait pas été finalement envoyé au collège de Brienne dans l’Aube, il aurait acquis les qualités qui caractérisent notre population et n’aurait pas perdu Waterloo ! » Après cette anecdote, qu’aucun historien ne confirmera, je soulignai l’importance de ce lieu, cœur de notre village, acquis en 2005 par le Conseil général, et que nous lui confions à présent. Prenant la parole, le journaliste, animateur radio et télé a déclaré se sentir investi d’une mission de sauvegarde de cet édifice devant lequel il avouait être « tombé en pâmoison » dès sa première visite et se sentir à présent plus dépositaire que propriétaire. Promettant de mobiliser ses relations médiatiques nationales à l’occasion des grandes fêtes des 900 ans de l’abbaye, il a assuré l’assistance de sa volonté d’intégration à la vie du village. « J’ai bien l’intention de faire de ce site un lieu ouvert, principalement quant à ses jardins. J’ai également le projet d’un musée dont ma récente acquisition, l’édit royal de 1776 promulguant sa transformation en école militaire, serait la pièce maîtresse » dévoilait-il avant d’apposer sa signature à côté de la mienne. Très applaudi, il a ensuite offert pour les jardins du domaine de l’abbaye, des rosiers dont il est le parrain. « Je ne manquerai pas d’en planter dans le jardin du collège, concluait-il avant d’échanger avec les membres de l’assistance autour d’un cocktail de bienvenue.

Stéphane Bern a dévoilé les projets qu’il caresse à propos de l’édifice.

L’acte de cession a été signé sous les flashes des journalistes, venus en nombre.

Des exemplaires de rosiers qu’il parraine ont été offerts pour fleurir le domaine de l’abbaye.