Stéphane Bern acquiert le collège militaire de Thiron-Gardais

Sur mon invitation, de nombreux habitants du canton ont assisté, dimanche, à la Grange aux Dîmes, à la signature par Stéphane Bern de l’acte de cession du collège militaire. Construit à la fin du XVIIe siècle auprès de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Thiron, ce collège religieux, un des dix existant en France au XVIIIe siècle, fut ensuite transformé en collège militaire en 1776 par Louis XVI. Napoléon Bonaparte avait d’ailleurs obtenu en 1778, une bourse pour venir y préparer l’École Militaire de Paris. « Les Thironnais racontent que s’il n’avait pas été finalement envoyé au collège de Brienne dans l’Aube, il aurait acquis les qualités qui caractérisent notre population et n’aurait pas perdu Waterloo ! » Après cette anecdote, qu’aucun historien ne confirmera, je soulignai l’importance de ce lieu, cœur de notre village, acquis en 2005 par le Conseil général, et que nous lui confions à présent. Prenant la parole, le journaliste, animateur radio et télé a déclaré se sentir investi d’une mission de sauvegarde de cet édifice devant lequel il avouait être « tombé en pâmoison » dès sa première visite et se sentir à présent plus dépositaire que propriétaire. Promettant de mobiliser ses relations médiatiques nationales à l’occasion des grandes fêtes des 900 ans de l’abbaye, il a assuré l’assistance de sa volonté d’intégration à la vie du village. « J’ai bien l’intention de faire de ce site un lieu ouvert, principalement quant à ses jardins. J’ai également le projet d’un musée dont ma récente acquisition, l’édit royal de 1776 promulguant sa transformation en école militaire, serait la pièce maîtresse » dévoilait-il avant d’apposer sa signature à côté de la mienne. Très applaudi, il a ensuite offert pour les jardins du domaine de l’abbaye, des rosiers dont il est le parrain. « Je ne manquerai pas d’en planter dans le jardin du collège, concluait-il avant d’échanger avec les membres de l’assistance autour d’un cocktail de bienvenue.

Stéphane Bern a dévoilé les projets qu’il caresse à propos de l’édifice.

L’acte de cession a été signé sous les flashes des journalistes, venus en nombre.

Des exemplaires de rosiers qu’il parraine ont été offerts pour fleurir le domaine de l’abbaye.

Le Millefeuille administratif expliqué aux Frazéens

Consciente de la complexité de l’administration qui encadre une commune, Brigitte Pistre, maire de Frazé souhaitait apporter à ses administrés des éclaircissements à ce propos. C’est samedi 2 février, sous la forme d’une conférence organisée à la salle des fêtes de sa commune qu’elle en détaillait le fonctionnement. Prenant pour exemple la commune de Frazé, elle débutait par le mode de fonctionnement du conseil municipal avant d’aborder les syndicats auxquels diverses compétences ont été confiées. Frazé appartenant à la communauté de communes du Perche Gouet, c’est sur les domaines d’actions de cette dernière que l’élue a discouru avant d’aborder ceux du Conseil général. Invité à me joindre à elle, j’ai pour ma part résumé, diaporama à l’appui, la composition de l’entité, son fonctionnement, sa source de financement, la gestion de ses budgets, en détaillant ensuite ses domaines de compétence comme l’entretien des routes, le scolaire, ou encore les solidarités, les collèges et le sport. J’ai énoncé ensuite ses grandes réalisations de 2012, comme le parc photovoltaïque de Crucey, les implantations d’entreprises comme Marie-Laure PLV à Nogent-le-Rotrou, ou encore Damman Frères à Dreux « En tant que vice-président aux finances, ma gestion amène à une baisse régulière de l’emprunt par habitant. 2013 sera de nouveau une année d’investissement avec le soutien à différentes initiatives d’entreprises, de commerce et d’artisanat, avec le Contrat départemental de développement intercommunal, auxquels viennent s’ajouter 8 millions d’euros distribués aux communes dans le cadre du Fdaic. », ai-je souligné.
L’occasion  pour moi d’annoncer la réunion publique de présentation que j’animerai le samedi 16 février à 18 heures à la salle des fêtes de Saint-Denis-d’Authou. Au cours de celle-ci, je présenterai le Conseil général, son budget, les réalisations 2012 et les actions pour 2013.

Cérémonie des vœux à la Croix-du-Perche

Les habitants de La Croix-du-Perche étaient nombreux, samedi 26 janvier, à assister à la cérémonie des vœux d’Yves Guérin, leur maire. Présidents d’associations, maires des communes voisines et moi-même avons écouté avec attention un discours qui débutait par des remerciements aux forces vives de la commune et également  aux ensembles dont elle fait collectivement partie « à toutes les personnes qui assument la communauté de communes du Perche Thironnais et toutes ses communes, le canton, le PNRP, Pays Perche, le Département et même la Région qui nous paraît bien lointaine. Autant d’entités dont nous allons voir, pour certaines, les périmètres  et les fonctions modifiées, avec les adaptations que cela va entraîner pour nous. » Citant ensuite deux Croisiens, Monique Tuffier, présidente de la Clique et des Amis de l’Ecole, ainsi que Michel Détail, simple administré qui, dans l’ombre, fait beaucoup pour la commune, il a ensuite résumé  les actions entreprises en 2012. « Après 2 ans et demi de travail, la carte communale a fait l’objet d’un arrêté préfectoral en juillet dernier. Les bancs clos du fond de l’église ont été restaurés. Une nouvelle tranche du mur intérieur ouest du cimetière a été restaurée par les équipes du CBE. Sur le plan de la voirie, l’état de nos routes est globalement satisfaisant grâce à l’appui de l’Atesat sur lequel nous pourrons encore compter en 2013. «  Se tournant ensuite vers 2013, il a fait la liste des projets compatibles avec le maintien des taux de la fiscalité, et d’ores et déjà approuvés par le conseil municipal : « Les travaux de restauration intérieure de l’église, l’optimisation énergétique de nos bâtiments communaux ont été validés, tout comme l’amélioration de l’éclairage public et la poursuite de travaux de voirie, estimés à 24 000 € avant subvention. Dans les tiroirs depuis 2009, un dossier sera lancé à propos de la rénovation et de la mise aux normes de la salle des fêtes et de ses annexes, du ravalement de ses façades et de celles de la mairie, ainsi que de l’aménagement de la cour de l’école et du bâtiment communal devenu vétuste. La construction de logements par un lotisseur est également envisagée sur le terrain communal. Des investissements de l’ordre de 15 000 € devraient avoir lieu dans le domaine de l’éclairage public. Des compétences qu’une petite commune comme la nôtre ne pourra trouver que dans l’intercommunalité. » Puis, faisant allusion aux regroupements de communautés de communes : « Un vieux principe physiologique dit que la fonction crée l’organe. Il faudrait commencer par identifier clairement les besoins de la population plutôt que ceux des collectivités. Ce qui entrainerait sans doute une remise en question prioritaire de tous les organes existants (…). Le faire serait une révolution. Quoiqu’il en soit, le principe de réalité qui présidera à ces changements sera gouverné par la finance et les solutions faciles d’hier, consistant à lever toujours plus d’impôts et à hypothéquer confortablement l’avenir ne seront plus de mise », déclarait-il.
C’est sur l’intercommunalité en question que je m’exprimai alors. « Quels sont les besoins de la population, et comment y répondre, une seule voie, la proximité. Je ne suis pas persuadé que des économies d’échelle puissent être réalisées par la création de ces regroupements de communauté de communes. En revanche, il faut que nous soyons prêts à des études, pas trop chères, et surtout à des réflexions entre nous. », ai-je répondu. Abordant ensuite le Fonds d’Aide aux Communes : « Huit millions d’euros sont versés chaque année aux communes. En Eure-et-Loir, nous avons souhaité faire des économies sur le fonctionnement pour privilégier l’investissement, car au travers de celui-ci, nous aidons les artisans. » Puis à propos de la maison médicale, j’annonçais le départ du Docteur Randriamaroson, prévu pour juillet. « La communauté de commune a tenté en vain de convaincre les médecins de se rassembler dans des cabinets dignes de ce nom. « La médecine ne se gère pas par les élus. » nous a-t-on répondu. Pour trouver une solution, la communauté de communes a décidé, le 14 janvier, de travailler avec Habitat Eurélien pour créer des cabinets conformes aux attentes de la population. »

Cérémonie des vœux du maire et inauguration de travaux à Coudreceau

« Belle journée, samedi 26 janvier, pour Francis Vaudron, maire de Coudreceau. Profitant de la présence de ses administrés, conviés à sa cérémonie des vœux, il avait choisi d’inaugurer les travaux réalisés dans le bâtiment de la mairie durant l’année 2012. Partenaires de l’opération, Laure de la Raudière, Albéric de Montgolfier, mon président et moi-même, partenaires de l’opération, étions présents pour constater le résultat d’un chantier de réhabilitation de grande envergure. Après avoir coupé et distribué le ruban placé à l’entrée du bâtiment, le maire nous a guidés de pièces en pièces, agrandies, et réaménagées pour la partie administrative située au rez-de chaussée. Nous découvrions ensuite les deux logements locatifs, réalisés dans les combles, avec charpente apparente et vue imprenable sur les collines.

Des vœux formulés dans la nouvelle bibliothèque
Nous réunissant ensuite dans le local de la nouvelle bibliothèque  pour sa cérémonie des vœux, Francis Vaudron expliquait : « C’est dans ce bâtiment acquis par la commune en 1838 qu’il fut décidé à l’époque d’y installer la Maison commune, l’école des garçons et le logement de l’instituteur. Au fil du temps, la mairie s’avéra trop petite et subit un premier agrandissement en 1991. La volonté du conseil municipal et de moi-même étant d’entretenir le patrimoine et de l’exploiter au mieux, nous avons décidé en 2012 d’utiliser la surface inexploitée du grenier pour crée un logement de type T3 et de transformer celui de l’ancien instituteur en T3 également. Nous espérons ainsi répondre au manque de logements locatifs, tout en accueillant de nouvelles familles qui contribueront à l’augmentation de notre population. Profitant de cette restructuration, nous avons décidé d’agrandir la salle du conseil, avérée trop étroite lors des cérémonies. Nous en avons profité pour créer un hall d’accueil accordant plus de confidentialité. Par ailleurs, une salle d’archives a été aménagée, rendant le tout plus fonctionnel. Demeurait, dans ce bâtiment,  une pièce inachevée et peu fonctionnelle, utilisée pour la bibliothèque. Profitant d’une proposition d’informatisation en collaboration avec la BDEL, nous avons réaménagé les lieux et commandé du mobilier, décidant d’ouvrir ce service à nos voisins Marollais. (…) Dès la rentrée de septembre 2013, de nouveaux horaires seront mis en place avec un système de réservation par Internet.
D’un montant de 281 000 € TTC, ces travaux sont financés à la fois en fonds propres et avec l’aide d’une enveloppe sénatoriale de 5 000 €, d’une enveloppe parlementaire de notre député de 10 000 € et d’un financement de 28 450 € du Conseil général. »
Se tournant ensuite vers les actions à mener en 2013, il citait la dénomination et la numérotation des rues de La Poterie, la réalisation d’un jardin du souvenir au cimetière, la poursuite de l’entretien des chemins communaux et enfin l’aménagement des rythmes scolaires.
Prenant la parole à mon tour, je suis revenu sur le thème de la lecture publique. Je rappelai ce grand chantier du Conseil général qui comprend la mise en réseau des 300 000 livres mis à la disposition du public du département. Puis, soutenant l’exemplarité des grands travaux réalisés dans la mairie, je rappelai le dit-on Aide-toi, le ciel t’aidera. La municipalité de Coudreceau s’est prise en main et les autres l’ont entendue, car tout le monde est là quand les projets sont bien pensés. Le Conseil général dispense chaque année 8 millions d’euros aux communes. Sur les 4 prochaines années, ce sont 30 millions d’euros qui participeront à la modernisation des communes rurales, créant ainsi de l’emploi. »

Conserver le lien

En ce débat d’année, j’ai souhaité rafraichir mon site internet afin, entre autres, d’affirmer mon appartenance à l’équipe GAEL (Gagner avec l’Eure-et-Loir) qui « gouverne » le Conseil général d’Eure-et-Loir. L’année 2013 va nous réserver des modifications importantes dans l’organisation des structures territoriales. J’espère seulement qu’elles permettront de conserver le lien qui me semble fondamental entre un territoire, ses habitants et leur élu.
Cette proximité qui est le moteur de mon action pour défendre les spécificités du canton de Thiron me motive tous les matins en me rasant. Dans le contexte déprimé de l’emploi, le développement économique doit être plus que jamais au cœur de notre action. Je fais d’ailleurs mienne cette citation :
–     Le pessimisme est d’humeur,
–     l’optimisme est de raison,
–     Soyons donc optimistes.

L’année 2013 dans notre canton sera l’année de préparation d’un grand événement, les 900 ans de naissance de l’ordre de Saint Bernard de Thiron. Je souhaite que vous puissiez tous participer aux préparatifs de cette grande manifestation qui devrait rassembler des visiteurs des 117 communes accueillant ou ayant accueilli des prieurés et des abbayes dépendant de cet ordre.

Une feuille de route bien remplie

J’ai été invité par les douze maires de notre canton à participer à leurs vœux. Lors de ces cérémonies, j’ai rencontré bon nombre d’entre vous. J’ai apprécié tous les discours qui ont été prononcés. J’ai constaté que tous les maires avaient des projets, ce qui remplit largement ma feuille de route pour les accompagner cette année dans les recherches de financement. Tous ces projets ont pour objectif d’améliorer votre vie quotidienne : pour l’accueil de vos enfants dans les écoles, votre approvisionnement en eau, la meilleure organisation de vos manifestations dans les salles des fêtes, la création de logements locatifs, la sécurisation et l’entretien de la voirie communale, et l’amélioration de l’assainissement.

Vœux de Brigitte Pistre, maire de Frazé

J’assistais, samedi 12 janvier, aux vœux de Brigitte Pistre, maire de Frazé. Comme dans toutes les communes, elle a entamé son discours par quelques mots sur deux grandes réformes, celle des rythmes scolaires puis celle de l’élargissement de l’intercommunalité. « Si c’est pour que nous y perdions notre identité, et que Frazé se retrouve diluée dans une méga CDC, nous n’y sommes pas favorables, et le conseil municipal est décidé à garder son ancrage percheron pour lequel il s’est battu en début de mandat. » déclarait-elle, remerciant ensuite tous ceux qui participent à la qualité de la vie locale. « Nous souhaitons que Frazé reste une commune au patrimoine remarquable. Il ya le château, mais aussi son petit patrimoine, et bien sûr notre église, qui fait l’objet de toute notre attention : un chantier très important nous attend : celui de sa réfection. Malheureusement nous sommes soumis à la réglementation « MH » qui nous empêche de demander aux  artisans du coin d’intervenir au fur et à mesure. Mais là encore nous saurons trouver les appuis qui sauront nous aider à avancer rapidement. » Abordant ensuite le dossier du PLU, elle annonce : « Le développement de Frazé va continuer : nous allons faire construire en sortie de bourg quelques jolies maisons conformes aux nouvelles performances énergétiques. Nous travaillons sur ce projet avec la DDT et des professionnels de l’urbanisme et de l’habitat. Dès que notre PLU est validé, nous travaillerons  avec des « éco-constructeurs ». Cela devrait aller vite maintenant, l’enquête publique est terminée, ses conclusions devraient entrainer peut-être quelques améliorations à notre projet, qui sera bientôt approuvé par le préfet. » Pour terminer, elle énumérait les réalisations effectuées depuis le début de son mandat.

Invité à prendre la parole, j’ai souligné la nécessité pour elle d’énumérer à chacune des cérémonies des vœux, les  nombreuses réalisations effectuées dans l’année en cours, car en faire la liste complète depuis le début se son mandat risquerait, à l’avenir, de rallonger considérablement la durée de la cérémonie. Je faisais remarquer ensuite que toutes ces réalisations avaient été possibles grâce à l’équipe municipale qu’elle avait su fédérer, une notion très présente sans son discours. Pour terminer, je suis revenu sur la restauration des deux ponts du centre bourg, effectuée par le Conseil général. « Aide-toi, le ciel t’aidera », une maxime qui traduit le fait que lorsqu’une commune bouge et entreprend, les différents partenaires suivent le mouvement. Ce qu’a très bien su faire Brigitte. »

Cérémonie des vœux de Daniel Tuffier, maire de Frétigny

Fixée juste après celle de Frazé, la cérémonie des vœux de Daniel Tuffier, maire de Frétigny, a réuni de nombreux administrés, nouveaux habitants, responsables d’associations et forces vives de la commune. Rassurant tout d’abord l’assistance sur son état de santé, visiblement excellent, le maire a brièvement rappelé les actions menées à bien durant 2012. Enfouissement des réseaux téléphoniques, des réseaux d’eau et réouverture du commerce de centre bourg « un challenge réussi par le conseil municipal et pour lequel ont peut noter un net retour de la clientèle grâce à l’énergie développée par Isabelle Coutey, qui a repris l’activité à l’automne. » soulignait-il. « Au registre des projets, l’aménagement de la place de la mairie, l’isolation de la face nord du groupe scolaire, la suppression de l’avancée vitrée du commerce et la poursuite de la modernisation de l’école dans le domaine du matériel et de l’informatique sont placées dans nos priorités. » annonçait-il avant de présenter ses vœux à l’assistance. Prenant la parole à mon tour, j’ai insisté sur la ténacité montrée par le conseil municipal pour aboutir à ces réalisations, dont la carte communale, nécessitant beaucoup d’efforts au plan administratif. Soulignant ensuite l’implantation de la nouvelle entreprise Henri Blanc et l’arrivée de 10 nouveaux foyers j’ajoutai : « Toutes les communes doivent rester soudées face à la réforme des rythmes scolaires pour en assurer la bonne organisation. Mais nous ne disposons que de peu d’informations pour l’instant. »