Quatre questions à Luc Lamirault

« Une attention particulière en direction des jeunes »

Vous êtes vice-président du Conseil général, en charge des finances, président du CODEL (Comité de développement économique de l’Eure-et-Loir). Que représente pour vous ce mandat de conseiller général ?

Deux choses très importantes. La première, c’est d’être au service des habitants de mon canton, pour aider notamment  les maires dans le cadre de leurs fonctions, mais aussi l’ensemble de la population, faire connaître les spécificités de ce territoire, et le défendre auprès d’instances plus importantes que sont le Département ou la Région. La seconde, c’est de participer à la gestion du Département avec toutes ses compétences, sociales, d’aménagement du territoire. Faire aussi  en sorte que dans les décisions qui sont prises au niveau départemental, les habitants du canton de Thiron-Gardais soient reconnus.

Concrètement depuis que vous êtes élu, que pensez-vous avoir apporté à ce territoire ?

Il y a eu deux réalisations  importantes au niveau équipement. D’abord,  il y a la salle des sports, qui était attendue par la population, depuis bien longtemps, mais qui n’avait pu être construite parce que l’intercommunalité n’avait pas encore pu s’installer sur le territoire. Cette salle des sports permet aujourd’hui à beaucoup d’associations, et donc de sportifs, de pratiquer leur activité préférée. La deuxième réalisation, c’est un centre touristique  mais aussi administratif, la grange aux dimes restaurée en 2006 pour être l’entrée des jardins de l’église abbatiale, et de l’ancienne abbaye de Thiron-Gardais.

Dans quels secteurs et dans quels domaines aimeriez-vous davantage peser à l’avenir ?

Beaucoup de choses ont été faites dans  l’organisation de la vie quotidienne, avec  l’union des associations, le syndicat d’initiative, les services qui sont proposés à la Grange aux dîmes, sans oublier le sport. A l’avenir, il faudrait que nous ayons une attention particulière en direction  des jeunes,  pour leur apporter davantage d’activités. Un centre de loisirs existe déjà sur le mois de juillet, proposé aussi pour les ados. C’est dans ce sens qu’il faudrait développer d’autres choses.

Au niveau départemental, quels sont vos domaines de compétence, et vos fiertés, les dossiers qui vous mobilisent ?

Au sein du Conseil général,  fort de ses 2 000 agents, mon souci c’est que  les procédures fonctionnent, que le service à la population soit le plus précis possible, que les routes soient entretenues, que les personnes qui ont le malheur d’avoir une période de difficulté dans leur vie puissent être aidées par les assistantes sociales, que les personnes âgées puissent être accompagnées par l’aide personnalisée à l’autonomie,  même chose pour les handicapés. Je pourrais aussi parler des collèges  qui doivent être en bon état de fonctionnement, et  accueillir  dignement nos enfants, et avec les dernières  évolutions technologiques. Il y a enfin le travail sur l’emploi que réalise la 2ème commission. C’est important de soutenir les chambres consulaires, le CODEL, afin d’aménager le territoire et qu’il soit susceptible d’accueillir des entreprises, et de faire du lien à travers la culture et le sport pour tous.