Vœux de la communauté de communes du Perche Gouet, lundi 12 janvier

MC LL THIRON VOEUX CDCC’est lundi 12 janvier qu’en tant que président de la communauté de communes du Perche Thironnais, je présentais mes vœux à ses personnels et aux élus de son territoire.
L’occasion de revivre les grands moments de l’année passée, avec, pour commencer, le renouvellement du conseil communautaire : deux vice-présidents nous ont rejoints, Martial Lecomte à l’Environnement et aux Travaux, et Victor Provôt au Développement économique et au Tourisme. René Rousselle conservant l’Urbanisme et l’Aménagement du territoire et Laurent Miger, l’Habitat, le Cadre de vie et l’Accueil de loisirs.
Je citais ensuite l’activité de l’accueil de loisirs, quelque peu perturbée, cette année, par les travaux d’assainissement de la rue de la Gare, le succès des Animations d’été en milieu rural et l’augmentation des scolaires accueillis au domaine de l’abbaye.
Je mentionnais ensuite le rayonnement international du 900e anniversaire de l’abbaye de Thiron-Gardais, autour de laquelle, il y a 15 ans, la communauté de communes s’est associée à la commune pour la mise en valeur de son site. L’exposition sur Bernard de Tiron, mise en place à la Grange aux Dîmes sera conservée et complétée durant 2015. Une application numérique sera bientôt proposée aux visiteurs permettant la vision 3D de l’abbaye au cours des siècles.

J’abordais ensuite la transformation du syndicat d’initiative en office de tourisme, profitant de l’occasion pour remettre à Daniel Tuffier, ancien vice-président de la Cdc, la médaille d’or du tourisme pour sa forte implication.
Après un point sur la situation économique de nos entreprises, les activités du SPANC, les travaux de voirie, la montée en débit d’Internet et l’adhésion de la Cdc au Pays Perche pour le lancement d’un Schéma de cohérence territoriale (SCOT), je me tournais vers l’avenir en déroulant la liste des projets pour 2015. Achat de la ferme des Aulnays pour la réalisation d’une résidence de tourisme, recherche de professionnels de santé pour investir la future maison de santé pluridisciplinaire confiée à Habitat Eurélien font partie de nos premières préoccupations, auxquelles s’ajoutent diverses actions. En direction du tourisme, tout d’abord, avec la mise en service d’une dernière boucle à vélo, et des animations dans les communes du territoire avec projet de carte postale et de spectacles. Les associations sportives seront également à l’honneur avec une fête du sport en septembre. Quant à la culture, un festival de musique s’organise actuellement au sein des communes accueillantes.

Enfin, pour conclure, et face aux grands changements, je soulignais l’importance de conserver la proximité qui, avec nos 4 500 habitants, nous a permis de créer de nouveaux services et d’en maintenir d’autres. « Au moment du découpage cantonal, nos communes ont exprimé leur envie de poursuivre ce travail en commun. Nous sommes cependant ouverts à toutes les formes de mutualisations, sous réserve d’une amélioration de la qualité des services à la population et d’économies substantielles » ai-je conclu.

Si le Conseil général m’était conté

Ce samedi 16 février, la salle des fêtes de Saint Denis d’Authou a été le cadre d’une première. PowerPoint à l’appui (Accéder au document), en tant que Vice-président GAEL du Conseil général, j’ai présenté l’action et le fonctionnement du Conseil général d’Eure-et-Loir. Une initiative qui devrait faire tache d’huile dans les autres cantons détenus par notre majorité GAEL.
Devant près de 80 personnes, et durant deux heures, avec ma suppléante Brigitte Piste, nous avons décortiqué la vie du Conseil général. Tout y est passé : de la composition du groupe de la majorité (avec les compétences de chacun) à l’organisation de la collectivité, en passant par les commissions, les séances publiques, le budget et bien entendu les compétences. Nous avons essayé d’être clairs et directs pour capter l’attention de la salle.
Au delà des subtilités des dépenses de fonctionnement et d’investissement, il m’a semblé que les uns et les autres ont pris conscience de l’importance de l’action du Conseil général dans la vie quotidienne des Euréliens. Le poids respectif du social, des collèges, des transports scolaires ou des routes a été passé en revue. Certains ont découvert que le Conseil général gérait une enveloppe d’un demi-milliard d’euros et que la collectivité employait 2 000 agents.

« Faire mieux avec moins de moyens »

J’ai cité quelques points de notre action en 2012 : le parc photovoltaïque de Crucey, la déviation d’Auneau, diverses implantations industrielles. J’ai embrayé sur quelques priorités 2013 comme les déviations de Gas et de Nogent-le-Roi, la rénovation des collèges de Brou ou d’Anet, ou encore le début du chantier de la future caserne départementale des pompiers à Chartres-Champhol. Je n’ai pas caché les difficultés que faisaient peser des compensations toujours plus faibles de l’Etat ou de nouvelles charges comme la modification des rythmes scolaires (plus d’un million d’euros) et l’accueil des mineurs isolés venant d’autres départements.
Au moment des questions, ce sont justement sur les contraintes budgétaires qu’ont porté les questions. A cet effet, j’ai insisté sur la nécessité de « faire mieux avec moins de moyens », ce qui sous-entend la mutualisation des services, des postes en moins et une rationalisation des bâtiments, notamment à Chartres. Je suis heureux que cette soirée ait suscité de l’intérêt et j’espère qu’elle aura des prolongements.


Avec ma suppléante au Conseil général, Brigitte Pistre, nous avons expliqué le fonctionnement du Conseil général.

Notre réunion a attiré près de 80 personnes à la salle des fêtes de Saint Denis d’Authou.

Cérémonie des vœux à Combres

La salle des fêtes de Combres était comble, dimanche 27 janvier. Pas moins de 150 administrés et élus locaux avaient en effet accepté l’invitation lancée par René Rousselle, le maire, à l’occasion de sa cérémonie des vœux. Entouré des membres de son conseil, il entamait son discours par l’accueil des 12 nouvelles familles arrivantes et des 9 nouveau-nés, « ce qui confirme le rajeunissement de notre population et son augmentation : 521 habitants en résidence principale et plus de 30% de résidences secondaires. », déclarait-il. Présentant ses vœux à tous, il poursuivait : « Pour Combres l’année 2012 est l’année de l’accessibilité et l’aboutissement d’un projet qui commence en 2007. Fin des travaux de la salle polyvalente et du restaurant scolaire, avec, pour la cuisine de ce dernier, une aide de 30% de l’Etat et de 30% du Conseil général dans le cadre du Fdaic. Rénovation de l’Agence postale avec une aide de 50% sur 12 000 €. L’accessibilité au groupe scolaire et à la mairie ont également été réalisés. En parallèle, les habituels travaux de voirie ont été effectués pour un montant de 19 980 € ht, aidé à la hauteur  de 25% par le Conseil général. Pour 2013, les travaux sur les réseaux d’eau se poursuivent et l’assainissement collectif, initié en 2007, va se concrétiser. La première tranche du bourg sera terminée à la fin du premier semestre 2013. Ce chantier, d’un montant global de 530 163 € ht sera financé par une subvention de l’Etat de 90 000 € et de l’Agence Loire-Bretagne de 90 000 €, la différence devant âtre financée par un emprunt. ». Après avoir cité différents chantiers de moindre envergure, il félicitait, pour terminer, les forces vives de la commune.
Invité à prendre la parole, je soulignais le nombre impressionnant de projets menés à bien, tout comme la vitalité des parents combrésiens. « Combres conserve son esprit pionnier. Dans le domaine de l’eau, elle est l’une des premières communes à avoir informatisé son réseau et lancé l’interconnexion. Pionnière également dans le domaine de l’accessibilité, puisqu’elle s’avère la première à avoir mis la totalité de ses bâtiments communaux en conformité. Et pionnière, enfin, pour la sécurisation de son bourg. La présence de nombreux enfants justifie totalement la nécessité d’observer la vitesse de 30 km/h dans le bourg. » J’évoquai ensuite le temps public, différent de celui du temps des besoins. « Les élus travaillent sur un budget qu’ils gèrent en bons pères de famille. La réalisation des projets prend souvent plus de temps que prévu car la recherche de subventions est un sport difficile. »

Double inauguration à Combres

Dispositif destiné à soutenir les projets d’investissement des communes, le Fonds Départemental d’Aide aux Communes (FDAIC) a participé au financement des travaux de mise aux normes de la salle polyvalente et du restaurant scolaire fréquenté par 120 élèves. Ces travaux, effectués sur une année entière, et achevés pour la rentrée scolaire, ont été inaugurés, samedi 8 septembre, en présence des représentants de l’Etat, de la Région et du Département, partenaires financiers de l’opération. Invités également, les représentants des entreprises intervenantes, les forces vives de la commune et ses administrés ont découvert les différentes réalisations au cours d’une visite guidée par René Rousselle, le maire. C’est pour un montant global de 184 086 € ht, subventionnés à hauteur de 70%, qu’ont été réalisés ces aménagements « qui permettent désormais à Combres d’entrer dans le 21e siècle en parfaite conformité. », a commenté Luc Lamirault lors de sa prise de parole.
Financement dans le cadre du FDAIC :
Accessibilité des bâtiments publics : les travaux d’isolation intérieure, de ventilation et de faux plafond de la salle polyvalente pour 4 500 €, l’élévateur accédant à la salle polyvalente pour 5 000 € et enfin la réhabilitation de la salle des fêtes pour 10 772 € auxquels s’ajoutent 923 € destinés à l’installation d’une rampe d’accès au groupe scolaire et à la mairie.
Domaine scolaire : 1 586 € pour l’installation d’une rampe d ‘accès à la cantine et 5 740 € pour la réfection et la mise aux normes du restaurant scolaire.

Médaille du cinquantenaire du cessez-le-feu en Algérie

Le cinquantenaire du cessez-le-feu du 19 mars 1962  en Algérie a été honoré d’une manière particulière, cette année, avec une mobilisation accrue de la population. Maires du canton, accompagnés de leurs porte-drapeaux, élus locaux, et représentants de la FNACA cantonale se sont réunis sur la place de l’Europe, à Thiron-Gardais. Escorté par la clique de la Croix-du-Perche, le cortège s’est rendu au pied du monument aux Morts pour une remise de gerbe effectuée par deux jeunes Thironnais. Deux autres de leurs camarades ont ensuite lu le message qu’avait adressé à toutes les forces de l’ordre, le général Ailleret, le 19 mars 1962. A cette occasion, Luc Lamirault, conseiller général, a souligné une des phrases clés du discours national de la FNACA : « Les commémorations des dates de fins de conflits sont de précieux moments de réflexion, riches en enseignements, pour vous forger un monde à la hauteur de vos espérances. » Une médaille marquant cet anniversaire lui a été remise des mains de Paul Ménec, président de la Fnaca cantonale, lui-même récipiendaire. Des médailles du dévouement et de la solidarité furent également attribuées à Maurice Delorme et Jean Neveu. La cérémonie s’est achevée par la Marseillaise, entonnée par l’assistance, dont de nombreux enfants encadrés par la bibliothécaire.

Le Business contact fait toujours recette

Plus de 300 personnes ont assisté lundi soir, aux Enfants du Paradis à Chartres, à la dernière édition du Business Contact. La vocation de ce rendez-vous, initié par le Codel (Comité de développement économique d’Eure-et-Loir) que préside Luc Lamirault, et ses partenaires, est de mettre en évidence les entreprises qui se développent dans le département. Trois sociétés étaient à l’honneur lundi : le groupe Rassinoux de Terminiers, spécialisé dans la sous-traitance de tôlerie fine de précision ; la société Spurgin de Mignières, fabricant d’éléments préfabriqués en béton ; et la FAPEC d’Illiers, connue pour ses PLV (publicités sur lieu de vente). Ce business Contact a aussi permis à Pierre Genin qui a repris la société Lum’Art en 2010, à Pontgouin, d’expliquer comment sa petite affaire de luminaire réalise 60% de son chiffre à l’export.