Vœux de la Cdc, lundi 13 janvier

«  C’est lundi 13 janvier en fin de journée qu’en tant que président de la communauté de communes du Perche Thironnais, j’ai présenté mes vœux à ses personnels et à mes collaborateurs. Réunis à la Grange aux Dîmes, à 19 heures, en présence d’élus locaux et de Franceline Forterre-Chapard, sous-préfète, j’ai entamé mon discours par un bref résumé des actions en cours de réalisations, avec la zone artisanale et la maison de santé pluridisciplinaire. Au registre des projets importants, je citais l’arrivée du Très haut débit, dans le cadre de laquelle les travaux des NRAZO étaient prévus en juin, ainsi qu’une antenne de l’espace seniors-infos-services dans les locaux de la Grange aux Dîmes. Abordant ensuite les prochaines élections je soulignais le changement de mode d’élection des délégués à la communauté de communes, qui seront mentionnés sur les listes des candidats aux municipales, ce qui devrait leur apporter à ce niveau une plus grande visibilité pour la population, avec la différence pour Thiron-Gardais, qui compte plus de 1 000 habitants, qu’elle devra changer son mode de scrutin. Troisième point important, le projet de redécoupage des cantons. Notre canton se retrouve coupé en deux, tout comme le territoire de la Communauté de communes, d’où l’avis défavorable que nous avons émis du fait du regroupement de 4 communes affectées au futur canton n°13.
Quant à l’anniversaire des 900 ans de l’abbaye, il montre que le territoire s’est pris en main depuis bien longtemps. Porté par l’association de l’ordre de Thiron, notre communauté de communes s’est mise en ordre de marche pour y répondre et notre syndicat d’initiative va se transformer en  office de tourisme pour accueillir dignement les 10 à 15 000 pèlerins et visiteurs attendus. A cette occasion, le caractère médiéval des jardins du domaine est actuellement renforcé en espèces anciennes et médicinales. Le Conseil général mettra des moyens techniques et humains pour la réussite de ce 900e anniversaire, tout d’abord lors des fêtes de la Pentecôte et ensuite, dans le cadre des ses retombées sur les années suivantes. »

01-2014 Voeux CDC 2

La Sainte Barbe à Happonvilliers

Comme chaque année, les sapeurs-pompiers d’Happonvilliers ne manquent pas de m’inviter à leur cérémonie de la Sainte-Barbe. Nous étions donc réunis dimanche 15 décembre, à la salle des fêtes pour célébrer leur Sainte patronne. Accueillis par Denise Huilery, le maire, les 11 sapeurs-pompiers, accompagnés de leurs familles, ont reçu diplômes et médailles des mains de Thierry Miaut, chef du groupe territorial ouest du SDIS 28, qui s’était déplacé pour l’occasion. J’en profitais pour les féliciter pour leur engagement au quotidien, après que le sergent Christophe Conseil, chef du centre d’intervention local, ait dressé un bilan des activités de l’année. « Sur l’exercice 2013, nous avons participé à 25 interventions dont 17 secours à personnes, 2 accidents de la voie publique, 3 feux, une fuite de gaz, odeurs suspectes et 2 interventions diverses. Malheureusement, faute de personnel, nous avons refusé 5 départs. », résumait-il avant le banquet qui devait suivre. 

Récompenses :
Diplôme de 1er secours en équipe 1 DIV1 TOP 1 à Aurélien Bailleau
Diplôme de 1er secours en équipe 2, fin de période probatoire avec distinction 1ère classe et écusson du SDIS 28 à Nicolas Normand
Grade de caporal honoraire pour les sapeurs 1ère classe Didier Priolet et Christophe Eveno, pour départ en retraite après 25 ans et 31 ans de service
Médaille d’or pour 30 ans de service au sapeur 1ère classe Jean-Claude Jacquet
Médaille de vermeil pour 25 ans de service au caporal honoraire Didier Priolet.

2014 LL HAPPON STE BARBE

2èmes rencontres généalogiques du Perche, les 7 et 8 décembre 2013

Après le succès des 1ères rencontres de la généalogie, qui se déroulaient en décembre 2012 à la Grange aux Dîmes, j’ai de nouveau sollicité Annie Stives, vice-présidente de la Chambre des généalogistes professionnels et Trésorière du Musée de l’Ecole de Chartres et d’Eure-et-Loir, pour qu’elle pérennise cet évènement dans les locaux de la Grange aux Dîmes. C’est en tant que président de la communauté de communes du Perche Thironnais, que je recevais, les 7 et 8 décembre, des exposants venus de la France entière, à la rencontre du public thironnais. L’affluence du week-end a témoigné de l’intérêt porté à cette pratique. Atelier d’initiation à la généalogie, de déblocage, d’aide à la recherche par les associations et professionnels présents était proposé aux visiteurs ainsi qu’une démonstration de logiciels. Autre possibilité, l’impression d’arbres en grand format, une opportunité que les connaisseurs n’ont pas laissé passer. L’abbaye fêtant son 900e anniversaire à la Pentecôte 2014, une visite de ses jardins et une présentation de la future manifestation était également effectuée par les membres de l’Ordre de Tiron. Le rendez-vous est d’ores et déjà pris pour une 3eme édition en 2014.2014 LL THIRON GENEALOGIE

Médaille du travail à Thiron-Gardais, 13 décembre 2013

De plus en plus rare de nos jours, une petite cérémonie de remise de médaille d’honneur du travail Grand Or avait lieu le 13 décembre dans le magasin Coccimarket, une des supérettes du centre bourg de Thiron-Gardais. De très nombreux amis et clients fidèles avaient été invités par Lucien Delorme et son épouse, les patrons de l’établissement pour honorer Alain Couturier, leur salarié depuis leurs débuts. « Avec Lucien Delorme, ton patron, vous avez parcouru ensemble le chemin sur lequel vous êtes devenus papas, puis papys. Employé courageux, rigoureux et toujours prêt à rendre service, tu es têtu et très blagueur. Tu as déjà reçu une médaille d’argent et une médaille de vermeil pour 20 et 30 ans de maison. Et jamais 2 sans 4 puisque ce soir, Ton patron a la joie de te remettre la médaille d’or pour 35 ans et le grand or pour 40 années de service. » adressait la patronne à son salarié, réputé sérieux et courageux, présentant de plus, un véritable don pour la plaisanterie. Un moment d’émotion prolongé par le déballage du cadeau installé à l’entrée du magasin. Un quad flambant neuf que je n’hésitais pas à enfourcher après que son récipiendaire l’ait inauguré.2014 LL THIRON MEDAILLE TRAVAIL

Travaux d’aménagement de la Zone artisanale de Thiron-Gardais

En tant que président de la communauté de communes du Perche Thironnais, en  charge du développement économique,  j’ai souhaité l’achèvement des travaux d’aménagement de sa zone artisanale. Comme chaque semaine, une réunion de chantier regroupe sur place les représentants des entreprises Pigeon TP (ex Star) et d’AED, bureau d’études VRD, le maître d’œuvre, en ma présence et celle d’Estelle Duez, directrice générale des services de la Cdc.  La plupart des lots de la cette zone intercommunale sont à présents vendus et nous souhaitons terminer l’aménagement en prenant en compte la circulation des piétons, du personnel de la Saphymo et des Thironnais qui circulent dans la rue Philippe Lamirault. Le principal objectif est de créer des emplacements de stationnement pour les poids lourds qui viennent effectuer des livraisons, tout en préparant l’agrandissement ultérieurs de la zone en englobant la réhabilitation de la partie qui ne disposait ni de trottoirs ni de bas côtés aménagés. Débutés fin octobre, ces travaux, d’un montant de 660 000 € pour la zone et son extension vers la route de la Chalopinière, devraient s’achever en mars, en fonction des intempéries. Ils ont été aidés à la hauteur de 40% par le Conseil général et de 20 % du Conseil régional, le solde restant à la charge de la Cdc.2014 LL THIRON TRAVAUX ZA

Stéphane Bern acquiert le collège militaire de Thiron-Gardais

Sur mon invitation, de nombreux habitants du canton ont assisté, dimanche, à la Grange aux Dîmes, à la signature par Stéphane Bern de l’acte de cession du collège militaire. Construit à la fin du XVIIe siècle auprès de l’abbaye de la Sainte-Trinité de Thiron, ce collège religieux, un des dix existant en France au XVIIIe siècle, fut ensuite transformé en collège militaire en 1776 par Louis XVI. Napoléon Bonaparte avait d’ailleurs obtenu en 1778, une bourse pour venir y préparer l’École Militaire de Paris. « Les Thironnais racontent que s’il n’avait pas été finalement envoyé au collège de Brienne dans l’Aube, il aurait acquis les qualités qui caractérisent notre population et n’aurait pas perdu Waterloo ! » Après cette anecdote, qu’aucun historien ne confirmera, je soulignai l’importance de ce lieu, cœur de notre village, acquis en 2005 par le Conseil général, et que nous lui confions à présent. Prenant la parole, le journaliste, animateur radio et télé a déclaré se sentir investi d’une mission de sauvegarde de cet édifice devant lequel il avouait être « tombé en pâmoison » dès sa première visite et se sentir à présent plus dépositaire que propriétaire. Promettant de mobiliser ses relations médiatiques nationales à l’occasion des grandes fêtes des 900 ans de l’abbaye, il a assuré l’assistance de sa volonté d’intégration à la vie du village. « J’ai bien l’intention de faire de ce site un lieu ouvert, principalement quant à ses jardins. J’ai également le projet d’un musée dont ma récente acquisition, l’édit royal de 1776 promulguant sa transformation en école militaire, serait la pièce maîtresse » dévoilait-il avant d’apposer sa signature à côté de la mienne. Très applaudi, il a ensuite offert pour les jardins du domaine de l’abbaye, des rosiers dont il est le parrain. « Je ne manquerai pas d’en planter dans le jardin du collège, concluait-il avant d’échanger avec les membres de l’assistance autour d’un cocktail de bienvenue.

Stéphane Bern a dévoilé les projets qu’il caresse à propos de l’édifice.

L’acte de cession a été signé sous les flashes des journalistes, venus en nombre.

Des exemplaires de rosiers qu’il parraine ont été offerts pour fleurir le domaine de l’abbaye.

Si le Conseil général m’était conté

Ce samedi 16 février, la salle des fêtes de Saint Denis d’Authou a été le cadre d’une première. PowerPoint à l’appui (Accéder au document), en tant que Vice-président GAEL du Conseil général, j’ai présenté l’action et le fonctionnement du Conseil général d’Eure-et-Loir. Une initiative qui devrait faire tache d’huile dans les autres cantons détenus par notre majorité GAEL.
Devant près de 80 personnes, et durant deux heures, avec ma suppléante Brigitte Piste, nous avons décortiqué la vie du Conseil général. Tout y est passé : de la composition du groupe de la majorité (avec les compétences de chacun) à l’organisation de la collectivité, en passant par les commissions, les séances publiques, le budget et bien entendu les compétences. Nous avons essayé d’être clairs et directs pour capter l’attention de la salle.
Au delà des subtilités des dépenses de fonctionnement et d’investissement, il m’a semblé que les uns et les autres ont pris conscience de l’importance de l’action du Conseil général dans la vie quotidienne des Euréliens. Le poids respectif du social, des collèges, des transports scolaires ou des routes a été passé en revue. Certains ont découvert que le Conseil général gérait une enveloppe d’un demi-milliard d’euros et que la collectivité employait 2 000 agents.

« Faire mieux avec moins de moyens »

J’ai cité quelques points de notre action en 2012 : le parc photovoltaïque de Crucey, la déviation d’Auneau, diverses implantations industrielles. J’ai embrayé sur quelques priorités 2013 comme les déviations de Gas et de Nogent-le-Roi, la rénovation des collèges de Brou ou d’Anet, ou encore le début du chantier de la future caserne départementale des pompiers à Chartres-Champhol. Je n’ai pas caché les difficultés que faisaient peser des compensations toujours plus faibles de l’Etat ou de nouvelles charges comme la modification des rythmes scolaires (plus d’un million d’euros) et l’accueil des mineurs isolés venant d’autres départements.
Au moment des questions, ce sont justement sur les contraintes budgétaires qu’ont porté les questions. A cet effet, j’ai insisté sur la nécessité de « faire mieux avec moins de moyens », ce qui sous-entend la mutualisation des services, des postes en moins et une rationalisation des bâtiments, notamment à Chartres. Je suis heureux que cette soirée ait suscité de l’intérêt et j’espère qu’elle aura des prolongements.


Avec ma suppléante au Conseil général, Brigitte Pistre, nous avons expliqué le fonctionnement du Conseil général.

Notre réunion a attiré près de 80 personnes à la salle des fêtes de Saint Denis d’Authou.

Le Millefeuille administratif expliqué aux Frazéens

Consciente de la complexité de l’administration qui encadre une commune, Brigitte Pistre, maire de Frazé souhaitait apporter à ses administrés des éclaircissements à ce propos. C’est samedi 2 février, sous la forme d’une conférence organisée à la salle des fêtes de sa commune qu’elle en détaillait le fonctionnement. Prenant pour exemple la commune de Frazé, elle débutait par le mode de fonctionnement du conseil municipal avant d’aborder les syndicats auxquels diverses compétences ont été confiées. Frazé appartenant à la communauté de communes du Perche Gouet, c’est sur les domaines d’actions de cette dernière que l’élue a discouru avant d’aborder ceux du Conseil général. Invité à me joindre à elle, j’ai pour ma part résumé, diaporama à l’appui, la composition de l’entité, son fonctionnement, sa source de financement, la gestion de ses budgets, en détaillant ensuite ses domaines de compétence comme l’entretien des routes, le scolaire, ou encore les solidarités, les collèges et le sport. J’ai énoncé ensuite ses grandes réalisations de 2012, comme le parc photovoltaïque de Crucey, les implantations d’entreprises comme Marie-Laure PLV à Nogent-le-Rotrou, ou encore Damman Frères à Dreux « En tant que vice-président aux finances, ma gestion amène à une baisse régulière de l’emprunt par habitant. 2013 sera de nouveau une année d’investissement avec le soutien à différentes initiatives d’entreprises, de commerce et d’artisanat, avec le Contrat départemental de développement intercommunal, auxquels viennent s’ajouter 8 millions d’euros distribués aux communes dans le cadre du Fdaic. », ai-je souligné.
L’occasion  pour moi d’annoncer la réunion publique de présentation que j’animerai le samedi 16 février à 18 heures à la salle des fêtes de Saint-Denis-d’Authou. Au cours de celle-ci, je présenterai le Conseil général, son budget, les réalisations 2012 et les actions pour 2013.

Cérémonie des vœux à Combres

La salle des fêtes de Combres était comble, dimanche 27 janvier. Pas moins de 150 administrés et élus locaux avaient en effet accepté l’invitation lancée par René Rousselle, le maire, à l’occasion de sa cérémonie des vœux. Entouré des membres de son conseil, il entamait son discours par l’accueil des 12 nouvelles familles arrivantes et des 9 nouveau-nés, « ce qui confirme le rajeunissement de notre population et son augmentation : 521 habitants en résidence principale et plus de 30% de résidences secondaires. », déclarait-il. Présentant ses vœux à tous, il poursuivait : « Pour Combres l’année 2012 est l’année de l’accessibilité et l’aboutissement d’un projet qui commence en 2007. Fin des travaux de la salle polyvalente et du restaurant scolaire, avec, pour la cuisine de ce dernier, une aide de 30% de l’Etat et de 30% du Conseil général dans le cadre du Fdaic. Rénovation de l’Agence postale avec une aide de 50% sur 12 000 €. L’accessibilité au groupe scolaire et à la mairie ont également été réalisés. En parallèle, les habituels travaux de voirie ont été effectués pour un montant de 19 980 € ht, aidé à la hauteur  de 25% par le Conseil général. Pour 2013, les travaux sur les réseaux d’eau se poursuivent et l’assainissement collectif, initié en 2007, va se concrétiser. La première tranche du bourg sera terminée à la fin du premier semestre 2013. Ce chantier, d’un montant global de 530 163 € ht sera financé par une subvention de l’Etat de 90 000 € et de l’Agence Loire-Bretagne de 90 000 €, la différence devant âtre financée par un emprunt. ». Après avoir cité différents chantiers de moindre envergure, il félicitait, pour terminer, les forces vives de la commune.
Invité à prendre la parole, je soulignais le nombre impressionnant de projets menés à bien, tout comme la vitalité des parents combrésiens. « Combres conserve son esprit pionnier. Dans le domaine de l’eau, elle est l’une des premières communes à avoir informatisé son réseau et lancé l’interconnexion. Pionnière également dans le domaine de l’accessibilité, puisqu’elle s’avère la première à avoir mis la totalité de ses bâtiments communaux en conformité. Et pionnière, enfin, pour la sécurisation de son bourg. La présence de nombreux enfants justifie totalement la nécessité d’observer la vitesse de 30 km/h dans le bourg. » J’évoquai ensuite le temps public, différent de celui du temps des besoins. « Les élus travaillent sur un budget qu’ils gèrent en bons pères de famille. La réalisation des projets prend souvent plus de temps que prévu car la recherche de subventions est un sport difficile. »

L’Eure-et-Loir dans « Le Courrier du Parlement »

Je souhaite vous faire partager l’intérêt que j’ai porté à la lecture d’une interview du président du Conseil général, Albéric de Montgolfier, parue dans le dernier numéro du magazine « Le Courrier du Parlement ». Elle résume parfaitement l’ambition de la majorité du Conseil général d’Eure-et-Loir, la majorité GAEL à laquelle j’appartiens, en direction des territoires ruraux comme le nôtre, pour soutenir notre tissu économique. La majorité GAEL a en effet choisi, à travers le budget 2013, de renforcer le soutien aux investissements intercommunaux. Je vous rappelle que la nouvelle génération des CDDI (Contrats départementaux de développement intercommunal) représente une enveloppe de 18 euros par habitant, et non plus de 15. Parallèlement, le FDAIC (l’aide aux communes) atteindra les 9 millions d’euros, et permettra d’accompagner entre 800 et 900 projets portés par les communes. En ces temps, où l’Etat fait peser de nouvelles contraintes sur les Départements, nous avons fait le choix du volontarisme. Cette interview en témoigne.

Courrier Parlement – Focus sur l’E&L – 01-2013