Vœux du maire de Frazé, samedi 11 janvier

Samedi 11 janvier, j’étais invité par Brigitte Pistre, maire de Frazé, à sa sixième cérémonie des vœux. C’est un discours sans bilan ni projets de campagne, conformément à l’obligation de réserve préélectorale, qu’elle a tenu, face à de très nombreux administrés réunis dans la salle des fêtes. « Pas de bilan de mandat donc, mais le bilan vous le voyez au quotidien. Et nous aussi, nous sommes fiers en rencontrant l’une ou l’autre de nos réalisations, on se dit : « Tiens, c’est nous, ça ! »  Nous, c’est bien sûr votre municipalité, mais c’est aussi ceux avec qui nous avons travaillé. Ils nous ont accompagnés sur nos projets et réalisations. En votre nom à tous, je voudrais les remercier. », entamait-elle avant de citer chacun de ses collaborateurs. Après avoir salué la députée Laure de la Raudière, puis les services de l’Etat, en la personne de Franceline Forterre-Chapard, la sous-préfète, elle remerciait les six années de soutien du Conseil général avant d’aborder le projet de redécoupage des cantons. « Ce projet nous inquiète, car il supposerait que nous appartenions à un canton tellement disparate et grand qu’il n’aurait plus ni unité ni cohérence. Il s’agit d’élire deux personnes de sexes différents sur un même territoire, deux conseillers au lieu d’un, mais sur des cantons deux fois plus grands. Au final, 15 cantons quand il y en avait 29 et donc 30 conseillers généraux, pardon, départementaux : 15 femmes et 15 hommes. A mes yeux, c’est une bonne chose que de favoriser l’entrée des femmes dans le monde des élus, et c’est vrai que pour y arriver, il faut peut-être non pas « les forcer » comme cela a pu être dit ici ou là, car ces femmes seront toutes volontaires et candidates, personne ne les forcera, non il faut peut-être juste « forcer » certains hommes à leur laisser un peu de place… Je ne suis donc pas contre cette réforme a priori, sauf que le découpage qui a été proposé ne correspond à rien, ne calque ses pourtours sur aucune légitimité, ni celle des communautés de communes, ni celle des bassins de vie… Alors pourquoi ? Serait-ce juste électoraliste ? C’est dommage, voilà une occasion de réformer utilement le millefeuille administratif qui va échouer, alors qu’il y en avait bien besoin ! »

Je prenais ensuite la parole pour ajouter quelques mots sur ce dernier sujet. « Cette réforme étonne principalement les Frazéens, attachés au Perche, à qui on propose un rapprochement avec la Beauce. Pour moi, le plus important est la parte de représentativité du monde rural. Quant à la parité, elle va permettre aux femmes d’apporter leur façon personnelle de gérer les territoires au quotidien. Au registre des aides apportées par le Conseil général à la commune, je soulignais la qualité de ses projets qui a donné l’envie aux élus de lui apporter son soutien. », précisai-je, avant de m’associer à ses vœux pour la nouvelle année, une année démocratique.

01-2014 Voeux Frazé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*